preparation physique basket jeune

Préparation physique basket jeunes : bien démarrer quand on ne sait pas

Préparation physique basket : Les intentions de bases

Je trouve très intéressant ce qu’a mis en place le Canada. Le développement par le sport et l’activité physique est envisagé sur le long terme, pour tout le monde et selon ses capacités, ses envies.Bien entendu, il s’agit d’une réflexion globale, politique. Le Canada veut des impacts sociétaux en agissant sur la santé et le bien être de ses concitoyens. La préparation physique basket des jeunes peut évidemment s’y intégrer pleinement.

Je vous encourage à aller voir leur site : https://sportpourlavie.ca/. Leur réflexion, notamment sur les jeunes, rejoint ce que nous savons : il faut adapter nos contenus d’entraînements selon les âges des basketteurs, des basketteuses et selon les qualités physiques à stimuler. « Il n’existe pas de vent favorable à un bateau qui ne connaît pas son cap. » Sénèque

Sur le même thème

Sommaire

Préparation physique basket jeunes : quelles qualités physiques à développer ?

En général, on dénombre 5 qualités physiques à développer pour les jeunes. Frédéric Aubert dans ses différents travaux les décrit comme tels :

  • La vitesse qui permet de se déplacer rapidement sur le terrain et la vivacité permettant de changer de direction avec efficacité vis à vis de son adversaire.
  • La force fonctionnelle globale qui garantit un bon gainage-proprioception, une efficacité du système nerveux, un bon développement des différents types de fibres musculaires, ainsi qu’une bonne résistance structurelle.
  • La disponibilité motrice, mélange d’agilité, de coordination, de prise de décision et de temps de réaction, va permettre au joueur ou joueuse de pouvoir amener une réponse aux situations de jeu ou de s’y adapter. 
  • La mobilité articulaire et la souplesse autant en termes d’élasticité que d’amplitude de mouvement, va garantir une performance et un risque de blessures moindre. 
  • L’aérobie, qui comprend : la capacité aérobie permettant de récupérer vite et efficacement entre les compétitions et entraînements ; et la puissance maximale aérobie qui permet de réitérer des efforts intenses tout au long du match.

Préparation physique basket jeunes : Les qualités physiques, à quels âges les développer ? 

Andy Hyeans a raison de mettre en avant le fait que l’on ne peut augmenter le potentiel maximum des jeunes que lors de certaines fenêtres d’opportunité. C’est à dire, quelles qualités il faut développer en priorité par rapport à l’âge et au genre de l’athlète ?

Bien entendu, nous pourrons toutes les travailler au cours de l’année, mais il faut mettre un focus particulier, une priorité haute, sur certaines car on ne pourra plus la faire progresser plus tard. En définitive, nous ne pourrons plus faire durant le reste de sa période sportive que du maintien de cette qualité ou du développement à la marge. C’est un investissement sur l’avenir, c’est une vision à long terme.

Malheureusement la vision à court terme va brider l’enfant dans sa pratique du basket et être sous maximale en terme de performance. Ce tableau, tiré du document sur la préparation physique de la FFBad, est un schéma synthétique des qualités à prioriser (priorité haute), d’aprés les travaux de Balvi et Way en 2005.

Ils conseillent que les priorités moyennes de la préparation physique, par exemple l’aérobie pour les filles de 16 ans ou la force pour les garçons de 13 ans, doivent être également abordées sur toutes les périodes mais avec uniquement un objectif d’entretien des qualités ou de sensibilisation. Ainsi un jeune montrant un déficit sur une des qualités en priorité moyenne doit voir sa planification adaptée en intégrant intelligemment le développement de cette qualité aux autres priorités hautes. Sachant qu’un déficit est un retard significatif par rapport aux autres jeunes de son équipe.

En terme de développement biologique et psychomoteur, trois années peuvent séparer deux enfants du même âge. Il paraît donc essentiel de bien identifier les capacités physiques de chaque joueur de son groupe d’entraînement pour adapter au mieux les objectifs fixés et les programmations.

De la planification annuelle à la séance, comment envisager les priorités ?

La préparation physique basket jeunes, l’année peut se résumer en 3 parties : la off-saison, la pré-saison et la saison des matchs.

La off-saison, plutôt mai-juin-juillet, le travail physique peut être résumé à un maintien de toutes les qualités.

La pré-saison (début de saison), août-septembre, va servir à préparer toute la saison. Sans être aussi pointue que pour les catégories séniors, il est important de consacrer un temps plus important que le travail technique,  tactique et balayer les 5 qualités toutes les semaines en le faisant de manière progressive.

Sur la saison, ça va être cohérent de travailler par blocs de 2 mois max (5-7 semaines) une qualité haute. Vous les alternerez dans l’ensemble en fonction des âges et des genres.

« Nous pouvons aujourd’hui, de nombreuses années plus tard, voir clairement que les physiologistes de l’exercice ont abordé le problème de l’amélioration de la condition physique et des performances des athlètes sous un angle erroné. On ne se contente pas d’analyser un sportif de haut niveau et de chercher à améliorer sa faiblesse. En essayant aveuglément d’améliorer ce qui est perçu comme une faiblesse, un entraîneur peut en fait nuire à une force. Cela s’applique particulièrement à l’entraînement des jeunes. Lorsque nous entraînons de jeunes athlètes, l’accent doit être mis sur le développement de qualités telles que la vitesse et la puissance plutôt que sur le développement de la condition physique générale. » Mikael Boyle

Les impératifs de séances

Pour chaque séance, ce qui est impératif : 

  • commencez par un échauffement (privilégiez avec ballon)
  • surtout le travail de vitesse se fait sur de la fraicheur physique et mentale, idem pour le travail de disponibilité motrice
  • le travail d’aérobie et de souplesse peut être placé plutôt à la fin de la séance, avant le retour au calme
  • le travail de force va se placer entre, et plutôt à la suite de la vitesse

Il est à noter que pour le travail de force, il est important d’acquérir la bonne gestuelle, travaillez à poids de corps ou avec de très légers poids. Mentionnons que chez Amphora, vous trouverez la bible de la préparation physique; elle porte bien son nom. Pour les contenus de séances, travaillez des choses utiles qui se transfèreront au match. Et surtout, ne faites pas du remplissage de séances.

« Never let today ruin tomorrow. Don’t burn the steak. » Tony Holler. (« Ne laissez pas aujourd’hui ruiner demain, ne grillez pas le steak)

Préparation physique basket jeune : train slow, get slow !!

Sans rentrer dans la polémique du « à qui la faute ? », plusieurs courants ont influencé la préparation physique au cours des dernières 60 années. Donc cela a un impact sur comment on s’entrainait il y a 20, 40 ans et comment on s’entraîne aujourd’hui. Notons que la seconde guerre mondiale et les athlètes d’endurance ont eu un impact sur les méthodologies d’entraînement. Certains coachs croient encore mordicus au « no pain, no gain » (pas de douleurs, pas de gains), malheureusement le problème de déficit d’endurance mentale ne peut pas résumer à lui seul une mauvaise performance.

Cependant nous entraînons des basketteurs et des basketteuses, pas des coureurs de fond ou demi-fond. Quoi qu’il en soit, le basket est un sport basé sur la vitesse et la force. Ma philosophie est de faire de la vitesse et des éducatifs athlétiques à  tous les entraînements. Le basketball est une série de répétitions de sprints, de changements de directions, de sauts. Il faut absolument rester dans la spécificité du sport quand on parle de préparation physique. Le joueur ou la joueuse court, saute, marche, donc nous devons retrouver à l’entraînement ces efforts.

C’est très long et difficile de faire devenir quelqu’un rapide et très facile de le faire devenir lent. Donc travaillez la vitesse à chaque entrainement !!  Cela dit, si vous n’avez pas le temps de faire de la préparation physique, faites uniquement de la vitesse. Si vous voulez être sûr de travailler la vitesse, prenez des chronos et notez les résultats. Ensuite communiquez les à vos joueurs et joueuses, sinon vous ne saurez jamais si vous jeunes travaillent réellement la vitesse.

preparation physique basket jeune papa

Préparation physique basket jeunes : ce qu’il ne faut surtout pas oublier !

Même si nous faisons tout parfaitement, il reste des domaines que nous oublions facilement. C’est ce qu’on appelle l’entraînement invisible ! De même sans être obnubilé par la performance à l’excès, il faut bien garder en tête que les jeunes vont devenir des adultes. Ils ou elles vont évoluer dans leur pratique basket et sportive. Il faut qu’ils aient tous les moyens pour pouvoir atteindre leurs objectifs personnels.

Pour ça et pour optimiser leurs progressions, il faut prendre en compte d’autres éléments de la préparation physique et de la prévention des blessures :

  • L’échauffement, se préparer mentalement et physiquement à l’effort avant un entraînement ou une compétition pour obtenir la meilleure performance.
  • Les étirements, ils améliorent la mobilité, l’amplitude articulaire. Ils sont de plusieurs types et peuvent être effectués soit à l’échauffement, soit à la fin de la séance, soit entre les séances
  • La prophylaxie, c’est l’ensemble des moyens mis en place afin d’éviter l’apparition de blessures.
  • La récupération, elle est nécessaire à la régénération des différents paramètres physiologiques, structurels, cognitifs, psychologiques et mentaux modifiés par l’entraînement et les matchs.
  • L’hydratation et l’alimentation font parties de la récupération à 99% selon C.Hausswirth. Elles sont indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Surtout buvez assez et mangez équilibré.
  • Le sommeil, repos du corps et de l’esprit, va surtout favoriser la croissance et le renouvellement des systèmes immunitaires, squelettique et musculaire. C’est la chose la plus importante de tout.

A ne pas faire :

  • Laisser aujourd’hui ruiner demain
  • Arriver fatigué le jour du match
  • Des tours de terrains, des suicides ou de la course lente, continue à un joueur de basket
  • Commencer une séance ou match sans échauffement

Toutes ces réflexions vont être d’autant plus importante en cette période de retours terrains après 2 années tronquées.

Cet article a été écrit par Olivier Nemery (Master Staps en préparation physique)

Pour aller plus loin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *