Temps mort : Les clés pour que les joueurs appliquent vos consignes

La victoire : comment concilier formation et coaching ?

Temps mort : la sortie ratée

Nous avons tous connu la sortie de temps mort magique. Celle ou, après avoir décidé de le prendre pour régler un problème collectif important….vous vous demandez 2 minutes plus tard si vous avez bien parlé en français à vos joueurs. Mais pourquoi donc les infos ne sont-elles pas appliquées ? Qu’est ce qui s’est passé entre le moment ou ils vous ont rejoins sur le banc et celui ou ils sont repartis sur le terrain une minute plus tard ? Qu’est ce qui à fait, que vos explications pourtant claires dans votre tête, n’ont pas été absorbées ou retranscrites ? S’en suit probablement des rotations, de l’énervement  du coach (légitime peut-être), aggravation de la situation…

Pourtant ils ont bien été attentifs. De plus ils ont hoché la tête, semblant avoir tout compris. Mais finalement le vide intersidéral et sidérant, la grande solitude du coach. Alors d’ou vient le problème et comment peut-on le résoudre ? Si on reprend le fil des évènements il faut se poser plusieurs questions importantes à commencer par celle ci : 

Quel à été leur comportement sur ce laps de temps ?

  • Etaient-ils à l’écoute ?
  • Comment étaient-ils positionnés ?
  • Quels mots ont été utilisés durant ce temps mort ?
  • Ont ils été acteurs ? spectateurs ?
  • Quelles formes de phrases ont été employées ?

Sur le thème :

Coaching des jeunes joueurs : gagnez en efficacité…

Sur le même thème https://youtu.be/flQwLHH_maA Téléchargez le livret PDF de la conférence (clic droit, "enregistrer la cible sous") Pour aller plus loin :

Saison N+1: Comment composer ses effectifs

Saison N+1 : Des pistes pour préparer ses groupes Vous maîtrisez tout par cœur, les réunions à n'en plus finir pour pouvoir caler un créneau en plus en ayant eu…

Temps mort : les paramètres de déconcentration

Ces 5 points ont leur importance indéniablement et ce pour plusieurs raisons :

L’écoute est indispensable, mais est-elle inhérente au fait qu’ils vous regardent ? Est ce que le fait de regarder quelqu’un signifie qu’on l’écoute ? En conséquence c’est la question principale que vous devez vous poser face à votre groupe.

Le positionnement des joueurs et leur attitude à une grande importance et est souvent révélatrice de l’attention qu’ils portent à ce que vous dites.

  • Sont ils face au public, sont ils debout ? assis ?
  • Comment se place le 5 en jeu ?
  • Quels mots avez vous utilisés ?
  • Avez vous été précis, simple, abordable ?
  • Avez vous donné 1 seule consigne ? 2 ? 3 ?
  • Les joueurs ont ils participé à l’échange ? Si oui est ce que cela a parasité votre intervention ou l’a bonifiée ?
  • Avez vous été directif ? autoritaire ? Interrogatif ? En fonction de la raison de votre temps mort, était-ce adapté ?
Temps mort : Les cles pour que vos joueurs appliquent vos consignes

Temps mort : comment capter leur attention ?

Toutes ces questions vont déterminer le degré d’attention et de compréhension de vos consignes. Ensuite pour vous assurez de l’exécution de celles-ci immédiatement sur le terrain il est un paramètre INDISPENSABLE  et CLE !!

Ce paramètre c’est celui de l’appropriation personnelle du discours. Or pour cela il faut INDIVIDUALISER les propos. Pour cela vous avez plusieurs solutions.

  • La première c’est de donner très rapidement 1 consigne simple et rapide par joueur présent sur le terrain au moment du temps mort. Vous pouvez également le faire par groupe de 2 joueurs.
  • Ensuite lorsque vous vous adressez à eux, utilisez leur prénom. Exemple : Thomas et Eric  repli défensif pour vous deux, Cédric et Mael Rebond etc.
  • La troisième c’est que lorsque l’on s’adresse à l’ensemble du groupe on a tendance à utilisez la forme « on », « vous » ou impératif.« On est pas efficace » « On doit mieux gérer la sélection des tirs » / « Soyez patient » « Gérez vos émotions » « Respectez la forme de jeu » ou encore « vous êtes pas assez présent au rebond » « vous perdez trop de duels »

Piste de réflexion

Or lorsque vous utilisez ces formes la l’information se dilue dans le groupe et personne ne se l’approprie. Donc personne ne l’applique. C’est votre souci numéro un !! Veillez à leur faire comprendre qu’un « on » pour vous est un « JE » pour eux. Ainsi il faut leur demander de modifier ce terme la; que chacun compte sur lui même pour appliquer la consigne. Ainsi si chacun l’absorbe individuellement avec l’intention de respecter immédiatement vos conseils….le groupe l’appliquera.

Enfin, et si c’était votre groupe qui déterminait lui même son objectif de reprise de match ? Cette méthode à pour avantage qu’ils mettent des mots sur la situation et prennent leur responsabilité en s’impliquant dans le choix collectif. C’est souvent très efficace et je ne peux que vous conseiller de le tester, y compris si leur analyse n’est pas la votre. Un groupe sera de toute façon surement plus fort sur le terrain si ils sont convaincus…que si ils ne le sont pas et ce quel que soit le choix tactique.

Enfin tout cela est également lié à votre relation entraineur-entrainé ainsi qu’à votre conception de la victoire et donc votre approche du match.

Pour aller plus loin :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This